Accueil Actus en Libre accès Pierre Gattaz dope l'électronique

PARIS (MPE-Média) - C'est à un véritable plaidoyer pro-domo pour "agir pour l'ensemble des industries électroniques" que s'est livré M. Pierre Gattaz, Président de la Fédération qui réunit les industries électriques et électroniques (FIEEC) ce mardi à Paris face aux membres des 6 fédérations de la branche qui tenaient leurs assemblées générales à la Mutualité. Discours.

PIERRE_GATAZ_FIEEC_2013_00

Derniers calages avant prise de parole à la Mutualité (ph CJ MPE-Média)

"En France, on est toujours en train d'opposer les gens, les genres, les systèmes, l'industrie et les services, alors qu'il est urgent de faire le contraire", a déclaré M. Gattaz, comparant l'industrie électronique à "une fusée à 3, voire 4 étages, qui peut toucher le high tech comme les réseaux sociaux et les services, ce qu'Apple a fait", a ajouté M. Gattaz, Président de la société Radiall en premier lieu, qui a rappelé avoir connu des hauts et des bas conjoncturels pour mieux dire comment il avait réussi à passer les bons comme les moins bons moments en tant que dirigeant de son entreprise avant même de diriger des organisations comme le Groupement des Fédérations Industrielles ou la FIEEC.

Le candidat à la présidence du Mouvement des Entreprises de France (MEDEF) a inauguré la table ronde de cloture de la 1ere Conférence de l'Industrie électronique en énumérant quelques directions de travail lui ayant permis d'avancer jusqu'ici : " Il faut sélectionner les niches dans lesquelles nous sommes. Radiall s'est reconcentrée sur le militaire, la haute technologie, la Défense, après avoir beaucoup donné dans les telecoms (...). Il faut travailler l'innovation, l'excellence industrielle, la maîtrise des matériaux", a-t-il expliqué.

Choisir un positionnement stratégique

"Il faut fabriquer notre idée et être ensuite irréprochables sur le plan de la Qualité des produits, surtout lorsqu'on les vend à 10.000 km (...). Il nous faut entrer dans l'intimité du client, choisir un positionnement stratégique, former nos hommes, nos femmes, améliorer leur employabilité, les former en permanence, l'une des plus grandes satisfactions dans l'entreprise", a déclaré M. Gattaz face à un public conquis.

PIERRE_GATTAZ_FIEEC_2013

Pierre Gattaz a proposé à ses pairs des autres syndicats de branches "d'agir pour l'électronique" (ph CJ MPE-Média)

"Pour tout cela, il faut savoir être enthousiaste dans notre regard sur le monde : 3,5 milliards d'individus à équiper, c'est extraordinaire! l'Europe de 500 millions d'habitants à achever de construire, aussi. Et nous avons aussi les infrastructures réseaux françaises à construire ou reconstruire et améliorer en permanence, le trés haut débit à installer, les besoins sociétaux à satisfaire pour la santé, l'e-médecine, la télésanté, la sécurité, l'efficacité énergétique, le développement des villes, la mobilité, l'intermodalité", a énuméré ce champion de l'électronique industrielle à la française reconnu par ses pairs.

Conclusion : "pour faire fonctionner tout ça, il faut du numérique, de l'énergétique, donc de l'électronique", a déclaré M. Gattaz, souhaitant "que l'Etat nous fasse confiance, nous libère par une fiscalité plus adaptée, redonne de la compétitivité à nos entreprises". Déplorant la "peur d'embaucher" qui freine encore l'économie et donc l'employabilité citée plus haut, M. Gattaz a achevé son discours par ce rappel : "notre motivation absolue est de faire reculer le chômage".

 

Un marché mondial de 3.000 milliards de dollars

Difficile de dire mieux, mais cela n'a pas empêché les présidents des autres Fédérations de l'électronique et du génie électrique de se succéder à la tribune pour évoquer qui "un marché mondial de 3.000 milliards de dollars à conquérir, dont 1.400 milliards de dollars pour les seuls équipements électroniques, qui "les nouvelles applications qui émergent sans arrêt", qui encore les 3,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel de la sous-traitance électronique française en route vers les 5 milliards annuels, ou encore l'obstacle majeur dans la période résultant du manque de jeunes professionnels formés pour les métiers de techniciens ou d'opérateurs qualifiés dans un pays bien doté en ingénieurs parfois oublieux de la nécessité du maintien "de l'enseignement des fondamentaux de la fabrication".

Il reste donc bien du pain sur la planche pour le candidat Gattaz sur le terrain de la formation professionnelle, au moins autant que pour finaliser le déblocage de la fiscalité du travail ou celui du crédit impôt recherche défendu l'an dernier par le rapport Gallois. "La boîte à outils existe, à nous de nous mobiliser pour optimiser son utilisation", a sagement précisé M. Pierre-Jean Albrieux, le président du Gpt des fournisseurs de l'industrie électronique.

Christophe Journet

BANDEAU_MPE_MEDIA_2013



Retour vers le haut

Mis à jour (Mercredi, 24 Avril 2013 00:41)

 

Commentaires non autorisés

Mercredi 28 Juin 2017
Bannière
Identification



Hacking

 

Hacking

Votre publicité sur MPE-Média
contact@mpe-media.com

ou +336 60 58 89 26

Indice Rosamon

Indice Rosamon

Indice de confiance des
investisseurs à 12 mois

Liens commerciaux
Evènements MPE Média
se_module_calendrier_126 - style=default - background=postit
<<   201606<20175 Juin 2017 >20177   >>201806
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
126201706
Enquête de satisfaction
Votre avis sur nos contenus
 
La vie du site
Abonnés : 116
Nombre d'articles : 2053
Liens internet : 12
Nombre de clics des articles : 2945696
Visiteurs

Visites aujourd'hui0
Visites hier305
Visites dans le mois10547
Total des visites473613
Qui est en ligne ?
Nous avons 223 invités en ligne