Accueil Actus en Libre accès ArcelorMittal France sur le web

PARIS (MPE-Média) – ArcelorMittal France vient de mettre en ligne un nouveau site internet en français dédié aux filiales françaises du groupe et accessible via l’adresse www.arcelormittalenfrance.com . Cette mise en ligne est annoncée le jour même du début de l’extinction des hauts fourneaux lorrains de Florange.

UNE_ARCELORMITTALENFRANCE.COM

Lakshmi Mittal en Une du nouveau site internet d'ArcelorMittal France (ph SD AM 2013)

Un texte signé par le PDG d’ArcelorMittal M. Lakshmi Mittal ouvre la Une du site internet français, texte par lequel le dirigeant du géant de l’acier fait part de sa conviction qu’il n’y aura pas de reprise de la demande d’acier en Europe d’ici à 2015 au plus tôt, toujours en dessous des niveaux de demande d’avant la crise de 2008.

Distinct du site corporate mondial et en anglais de l’aciériste basé à Luxembourg, le site ArcelorMittalenFrance.com, qui vient d’être mis en ligne, permet de visualiser l’importance de la présence d'ArcelorMittal dans la sidérurgie française et de monter la volonté du groupe de maintenir une forte présence industrielle dans l'Hexagone, explique la porte-parole du groupe pour la France Mme Chrystèle Ivins.

SITE_WEB_AM

Sidérurgiste au travail (ph SD arcelormittalenfrance.com)

Le site web, qui peut être lu aussi en anglais, couvre un vaste aperçu de sujets, allant de l'histoire de la production d’acier en France à une description de tous les grands sites d'ArcelorMittal en France. Avec plus de 20.000 salariés en France, employés dans plus de 50 activités industrielles différentes, ArcelorMittal est le plus important acteur de l'industrie sidérurgique française, avec à son actif 70% de l'emploi et de la production, explique la porte-parole du groupe en France.

 

Ce nouveau site d'ArcelorMittal France met notamment l’accent sur les points suivants :

Les investissements

Depuis 2006, ArcelorMittal a investi plus de 2 milliards d'euros dans ses centres de production d'acier français. Dans ce montant sont inclus 790 millions d'euros investis à Dunkerque et à Fos, qui sont les deux plus grands sites sidérurgiques d’ArcelorMittal en France, totalisant à eux deux une capacité de production de 11 millions de tonnes par an, et le centre de gravité de la production française en phase liquide.

Parmi les autres récents investissements effectués en France figurent 80 millions d'euros destinés à une nouvelle ligne de production d'acier électrique à Saint-Chély-d’Apcher, 28 millions d’euros chez Industeel France pour le développement de produits destinés au marché de l'énergie, 8,5 millions d’euros dans un nouveau laboratoire minier de notre centre de recherche et de développement (R&D) de Maizières-lès-Metz, 7,2 millions d'euros dans une ligne de galvanisation d'aciers automobiles à Florange et 7 millions d’euros à Gandrange, destinés à la fabrication de produits de haute qualité pour l'industrie automobile, détaille le groupe.

Tous ces investissements contribuent à assurer à l'industrie sidérurgique française un avenir solide et durable, déclare le groupe.

SITE_WEB_AM_PROD_ACIER_FR

La production d'acier brut dans le monde depuis 1950 (source FFA rapport 2011/AMenfrance)

En 2012, dans le cadre de l’accord signé avec le gouvernement, 180 millions d’euros ont été annoncés pour la filière froide de Florange, dont 55 millions déjà engagés pour accroître l’excellence de nos produits pour l’automobile. 13 millions d’euros seront engagés pour poursuivre les recherches de réduction d’émission de CO2 dans le cadre du programme de recherche LIS (low impact steelmaking – production d’acier durable), explique le groupe.

 

La recherche et le développement

Le site web décrit aussi le rôle particulièrement important que joue la R&D en France pour ArcelorMittal, en permettant au groupe de travailler en étroite collaboration avec ses clients français et étrangers à l’élaboration des aciers plus légers et plus résistants du futur.

« Nos principaux sites de recherche et de développement sont situés en France, comme le sont aussi quelque 800 des 1.300 collaborateurs qui forment notre équipe de recherche. Le plus important campus de recherche est situé à Maizières-lès-Metz, en Lorraine, et emploie plus de 500 chercheurs spécialisés notamment dans l'acier destiné à l'industrie automobile », explique le groupe.

« Près du tiers des aciers plats d'ArcelorMittal sont produits en France et ArcelorMittal est fier de fabriquer un produit important dont l'impact est ressenti dans de nombreux domaines de la vie quotidienne », poursuit la porte-parole du groupe.

Le site ArcelorMittalenFrance.com « met en lumière quelques-unes des multiples façons dont l'acier produit en France par ArcelorMittal contribue au tissu social, que ce soit son utilisation dans le quartier de La Défense à Paris ou pour la fabrication de boules de pétanque ou encore de remontées mécaniques dans les stations de sports d'hiver de France et du monde entier », ajoute le groupe.

 

Actualités

Le site web permettra aussi d'obtenir toutes les informations sur ce qui se passe en France, et plus particulièrement à Florange ainsi que sur le suivi des engagements pris par ArcelorMittal envers le gouvernement français, précise le groupe.

SITE_WEB_AM_FAQS

Fonte en fusion (Ph SD arcelormittalenfrance.com)

« Ce site web a été mis en place pour rappeler à ses visiteurs l'importance de la présence industrielle d'ArcelorMittal en France. La détérioration de la situation économique en Europe nous oblige à adapter notre activité en conséquence. Mais nous restons un employeur de premier plan, qui fabrique un produit important, l’acier, utilisé de manières très diverses dans tous les domaines de la vie quotidienne en France. Tant que la France aura besoin d'acier, nous serons présents en France », conclut M. Lakshmi Mittal, Président et CEO d'ArcelorMittal.

 

Un outil de communication économique et sociale

La mise en ligne de ce nouveau site en français illustrant la réalité des filiales françaises du groupe ArceloMittal dans l'hexagone et répondant à des questions que se posent les partenaires sociaux, les professionnels de la filière acier, les officiels - une enquête sur la sidérurgie est en cours au sein de l'Assemblée Nationale - intervient exactement au moment où débute la "mise sous cocon" (arrêt pour une durée non déterminée d'au moins six ans) des tours de chauffe des deux derniers hauts-fourneaux lorrains de Florange, dont l'activité réelle en production a cessé courant septembre 2011. 

Le groupe réaffirme son attachement à la production d'acier brut dans ses autres aciéries de Dunkerque, Fos-sur-mer, ou d'aciers de spécialités dans ses autres sites français (aciers électriques à Saint-Chély d'Apcher, lignes à froid de Florange, Dunkerque-Mardyck, Fos-sur-mer, Basse-Indre, etc.) qui emploient non loin de 20.000 personnes malgré les plans sociaux ou les incitations au départ volontaire, qui ont déjà fait baisser le nombre de ses employés  de plus de 7.000 depuis la fusion entre Arcelor et le groupe Mittal en 2006.

Fos_SUR_MER_Aciérie

L'aciérie de Fos-sur-mer (ph SD archives MPE-Média/ArcelorMittal)

ArcelorMittal France employait encore 27.112 personnes en 2008, puis 24.762 personnes en septembre 2009 (source Syndex), son effectif français ayant diminué de près de 3% en 2010, dans l'ensemble de ses secteurs d'activités y compris la comptabilité alors basée à Florange pour l'ensemble des filiales françaises, externalisée pour partie en Pologne, la distribution d'acier (AMDS, en particulier depuis l'automne 2012), sans jamais faire de plan social, précise une source syndicale. Les départs volontaires, les départs en retraite non remplacés, le recours à l'intérim ont facilité cette réduction de la "ressource humaine" qui semble avoir atteint actuellement son point bas, avec un nouveau programme d'embauches lié à un accord de compétitivité signé récemment à Fos-sur-mer.

Il convient de noter que l'ex groupe Arcelor produisait plus de 20 millions de tonnes d'acier brut l'an à la fin du siècle dernier, 19,8 Mt en 2006, l'année de sa fusion avec le groupe Mittal, 19,7 Mt en 2007, 17,8 Mt en 2008, avant que sa production ne chute de 28% en 2009 à cause de la chute de la demande mondiale causée par la crise globale.

Remontée non loin de 15 Mt en 2012, la production française d'acier brut est descendue à près de 12,8 Mt en 2009 selon nos archives et celles de la Fédération française de l'acier (FFA), étant conditionnée à la demande apparente ou à la consommation réelle d'acier en Europe, qui devrait recommencer à monter selon nos sources d'ici à la fin 2013.

 

Christophe Journet

 

Pour visiter le site, aller sur:

www.arcelormittalenfrance.com

BANDEAU_MPE_MEDIA_HAUT_2013

Retour vers le haut
 

Commentaires non autorisés

Mercredi 29 Mars 2017
Identification



Hacking

 

Hacking

Votre publicité sur MPE-Média
contact@mpe-media.com

ou +336 60 58 89 26

Indice Rosamon

Indice Rosamon

Indice de confiance des
investisseurs à 12 mois

Liens commerciaux
Evènements MPE Média
se_module_calendrier_126 - style=default - background=postit
<<   201603<20172 Mars 2017 >20174   >>201803
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
126201703
Enquête de satisfaction
Votre avis sur nos contenus
 
La vie du site
Abonnés : 113
Nombre d'articles : 2027
Liens internet : 12
Nombre de clics des articles : 2760912
Visiteurs

Visites aujourd'hui437
Visites hier152
Visites dans le mois9377
Total des visites441574
Qui est en ligne ?
Nous avons 307 invités en ligne