Accueil Economie Economie globale Futures : HKEx et Tianjin se rapprochent

HONG-KONG (MPE-Média) -La filiale de trading et de gestion de contrats à terme sur les matières et les produits dérivés financiers de la bourse de Hong-Kong (HKEx) et  le bureau des affaires financières de Tianjin (Chine) ont signé une entente préalable de coopération et d'échange d'informations, annonce HKEx ce jeudi 6 juin. Détails et analyse.

Ce "memorandum of understanding (MOU) a été signé à Tianjin, l'un des principaux ports chinois pour les matières premières sidérurgiques et l'importation de métaux non ferreux par MM. Xu Chunmeng, chef du bureau de Pékin de HKEx et Du Qiang, Directeur général du bureau des affaires financières de Tianjin. 

hkskyline

Hong-Kong : la fameuse "baseline" asiatique, dont la bourse se rapproche de ses partenaires naturels de Chine intérieure (ph SD HKEx)

Le Député-maire de Tianjin M. Cui Jindu et plusieurs officiels de Tianjin assistaient à cette signature aux retombées économiques stratégiques pour les deux parties, compte tenu de leurs positions respectives dans les secteurs d'activités industrielles et financières qu'elles contrôlent.

La bourse de Hong-Kong (HKEx) a fait l'acquisition du London Metal Exchange (LME), la bourse des métaux non ferreux de Londres en 2012, avant de lancer récemment son propre service de commerce de valeurs dérivées à terme et de cotations asiatiques des métaux du LME, dont la durée d'activité quotidienne vient d'être encadrée et réduite à une "fenêtre" de cinq minutes par jour pour réduire le risque d'hyper volatilité des cours avant cette annonce, voici tout juste quelques jours.

Des stocks flottant

La signature de cet accord entre HKEx et ses services d'échanges et de "clearing" et le bureau pékinois des affaires financières de Tianjin devrait renforcer l'influence de Pékin sur les prix des produits dérivés, dont la valeur se fonde sur des stocks flottant en mer ou à terre dans les docks du grand port chinois de Tianjin comme ailleurs dans le monde, qu'il s'agisse de futures sur des tonnages de minerai de fer, de cuivre, d'aluminium  ou d'autres matières premières dont la valeur fluctue au gré du nombre et de l'importance des transactions passées et des quantités physiques immobilisées par ces échanges à terme.

L'Asie n'est pas la seule à pratiquer ce type d'échanges financiers sur des produits dérivés adossés à des matières premières, contrats qui sont souvent utilisés par les grandes banques pour soutenir les prix des métaux, surtout dans des périodes comme celle-ci où les prix du minerai de fer, de l'acier et des métaux non ferreux sont sous pression baissière partout dans le monde, y compris pour les prix des ferrailles d'acier et des déchets de métaux non ferreux, que la toute relative baisse de la croissance en Chine et la récession en cours en Europe continue à déprimer.

Bank of America Merril Lynch dénonçait déjà l'an dernier dans une note confidentielle résumée par nos soins ce travers spéculatif qui altère la vitalité des marchés et rend opaque aux analystes et aux acheteurs la réalité des valeurs à la tonne spot ou à terme normalement issue du seul résultat du rapport réel entre l'offre et la demande.

15 reventes consécutives de lots d'aluminium

Récemment, BNP Paribas a acheté et revendu plus de quinze fois consécutives un volume important d'aluminium primaire physiquement stocké mais du coup immobilisé dans un dépôt du LME situé dans un grand port du nord de l'Europe.

HKEx et Tianjin sont donc à bonne école, avec une différence de taille : les échanges asiatiques font à présent référence par leur poids tant physique que financier supérieur à la moitié des volumes mondiaux. Londres n'est donc plus la capitale mondiale des échanges de métaux non ferreux. Toutes les banques partenaires du LME clearing office ont ouvert des bureaux auprès de Hong-Kong Exchange et clearing Ltd pour pouvoir continuer à bénéficier d'une partie au moins des profits réalisés à partir de cette bourse chinoise - de plus en plus contrôlée par Pékin - qui affiche sereinement sa volonté de confirmer son rôle de première place mondiale pour l'échange de commodités.

Hong-Kong est  "la porte ouverte entre le marché chinois et ceux de l'Occident", déclarait cet hiver sur son blog le PDG d'HKEx M. Charles Li, également patron du LME de Londres et membre du bureau politique du Parti communiste chinois de Shenzen, la grande métropole voisine de l'ex possession britannique. 

L'annonce de cet accord entre HKEx et Tianjin intervient en même temps que celle du prochain départ du DG du LME M. Martin Abbott (lire l'article suivant).

Jo Gatsby

Voir aussi sur:

www.hkex.com.hk.eng/

BANDEAU_MPE_MEDIA_2013

Retour vers le haut

Mis à jour (Samedi, 12 Novembre 2016 11:16)

 

Commentaires non autorisés

Dimanche 16 Décembre 2018
Bannière
Identification



Hacking

 

Hacking

Votre publicité sur MPE-Média
contact@mpe-media.com

ou +336 60 58 89 26

Indice Rosamon

Indice Rosamon

Indice de confiance des
investisseurs à 12 mois

Liens commerciaux
Evènements MPE Média
se_module_calendrier_126 - style=default - background=postit
<<   201712<201811 Décembre 2018 >20191   >>201912
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
126201812
Enquête de satisfaction
Votre avis sur nos contenus
 
La vie du site
Abonnés : 139
Nombre d'articles : 2218
Liens internet : 10
Nombre de clics des articles : 4255871
Visiteurs

Visites aujourd'hui19
Visites hier298
Visites dans le mois5210
Total des visites637688
Qui est en ligne ?
Nous avons 147 invités en ligne