Accueil Actus en Libre accès Electronique/SNESE : AG 2015 et motion « formation »

PARIS (MPE-Média) – Le Syndicat national des fabricants d’électronique et de services associés (SNESE) en AG récemment et l’association Agir Pour l’Industrie Electronique (APIE) publient une motion commune concernant la nécessaire formation préalable à l’exercice de leur métier. Détails.

Le Syndicat des fabricants et sous-traitants de l’électronique réuni ce 21 mai en assemblée générale à Paris ont débattu des risques et des opportunités offerts par les changements de parité euro-dollar pour leur profession qui travaille beaucoup à l’export, mais à partir de pièces ou de composants souvent importés achetés en dollars.

Michel_de_Nonancourt

« J’ai alerté nos adhérents en janvier dernier sur ces risques. Si 60% d’un CA moyen est composé d’approvisionnements, 70% de ces 60% sont indexés sur le dollar ce qui laisse 40 points d’impacts par rapport au dollar sur l’exercice 2015, il faut donc prévoir des hausses de prix consécutives à cette baisse du dollar face à l’euro », explique le Président du SNESE Michel De Nonancourt, soulignant que « ceux qui achètent en dollar et qui revendent en euros se prennent la hausse en pleine figure ».

La relative baisse des coûts des matières premières (cuivre, argent, or, platine, fer) fait courir aux entreprises de l’électronique le risque d’avoir du mal à faire passer les hausses rendues nécessaires par les variations de cette parité monétaire, poursuit M. de Nonancourt.

Toutefois, 2014 a été plutôt bon pour les adhérents du SNESE : le chiffre d’affaire moyen des entreprises de l’électronique a augmenté de 12 points l’an dernier et de 58% en moyenne depuis 2009, précise la même source. Le SNESE exprime aussi le souhait que la loi Macron soit rapidement appliquée car l’attente de son décret d’application freine légèrement certaines affaires, comme c’est le cas dans d’autre secteurs qui veulent profiter de certaines dispositions du texte.

Michel de Nonancourt, Pdt du SNESE (Ph SD SNESE)

Le SNESE a par ailleurs rendu public peu avant son AG une motion coécrite avec l’association Agir Pour l’Industrie Electronique (APIE) à propos des conséquences de la réforme du collège sur la formation de futurs employés de leurs entreprises.

 

Christophe Journet

 

Verbatim du communiqué du SNESE et de l’APIE

« L’électronique et le numérique sont partout et sont les clefs de voute de notre innovation et de toute notre stratégie industrielle nationale. L’électronique et le numérique se fabriquent et considérant l’évolution des techniques et des technologies, il n’est plus imaginable de penser inventer et concevoir un produit électronique et numérique sans savoir comment il sera fabriqué.

« Or dans cet environnement, sources de compétitivité et d’innovation, l’électronique et le numérique ne seront plus enseignés en France sauf après le Bac niveau III (IUT et BTS) et en école d’Ingénieur ou à l’Université. Mais la dimension fabrication est rarement prise en compte. APIE dmande qu’une réelle filière industrielle électronique et numérique soit mise en place ; Il en va de la compétitivité de l’ensemble de notre industrie Nationale (*).

« L’électronique et le numériques sont partout. A tel point que l’électronique en est devenue invisible. Il est donc utile de rappeler que le numérique repose sur l’électronique et qu’un équipement dit numérique ne peut pas fonctionner sans ses composants et sous-ensembles électroniques. Aujourd’hui, la majorité des cartes électroniques est constituée d’un assemblage, sur circuits imprimés souples ou rigides, de composants électroniques et/ou numériques : semi-conducteurs intégrés et discrets, composants passifs tels que condensateurs, résistances, inductances et filtres, connecteurs, composants électro mécaniques et actuateurs. L’ensemble est intégré, pour faire très simple, dans des sous systèmes ou des systèmes avec des interconnexions électriques ou optiques ou dans des baies de raccordement.

L'électronique est partout

« L’Electronique et le numérique sont partout : dans au moins 5 des 7 ambitions de la Commission Innovation 2030, dans au moins 10 des 14 Comités Stratégiques de Filières du CNI, dans au moins 28 des 34 plans de la nouvelle France industrielle. Sans parler des 40 mesures du Plan Nouvelle Donne pour l’Innovation de Fleur Pellerin. C’est dire que sans électronique et numérique, rien de tout cela n’est possible ! Cela signifie simplement que l’électronique et le numérique sont les briques incontournables de notre innovation et de toute notre stratégie industrielle. (*)

« Mais par extension de la stratégie fabless apparue en 1995, il est maintenant convenu par de nombreux observateurs et décideurs que la fabrication électronique n’a plus sa place en France. Par effet d’hypermétropie érigé en dogme, l’inconscient collectif a relégué la fabrication en arrière plan au bénéfice de l’usage des produits électroniques et numériques. Et force est de constater aujourd’hui que les effets collatéraux du fabless sont mortifères pour l’industrie, que beaucoup voudraient voir revenir au premier plan – emplois obligent.

L'importance du design et du manufacturing

« Quand le Chef d’un projet électronique et numérique est devant sa feuille blanche, qu’il doit fabriquer ou faire fabriquer la carte électronique et envisager ses fonctions numériques, il doit faire face à une difficile problématique. En effet, sachant qu’au niveau de l’ensemble de la supply chain il y a 30 paramètres et 212 variables à définir et sachant qu’en théorie ces 30 paramètres et 212 variables sont interdépendants (dans le pire des cas et virtuellement faux), le nombre de combinaisons possibles qui s’offrent à lui serait de 42 x 1018 ! (source IPC Europe).

« Cela illustre l’importance du design for manufacturing, de la nécessité d’avoir un minimum de connaissance des techniques d’industrialisation et fabrications surtout quand d’autres technologies (comme l’électronique imprimée, l’interconnexion 3D ou les objets connectés …) ou bien d’autres matériaux ou bien encore d’autres techniques émergent et foisonnent. Il est alors certain que nos « 42 x 1018 » combinaisons ne vont pas en rester là. Cela confirme également qu’il n’est plus imaginable de croire que l’on peut innover et concevoir correctement sans savoir comment cela peut être fabriqué, assemblé, testé, réparé ici ou ailleurs, totalement ou partiellement, à moins de vouloir perdre en compétitivité et ce n’est un but pour personne.

« Dans cet environnement stratégique et technique les dommages collatéraux, qui ont échappé à tout le monde, concernent l’enseignement de l’électronique et du numérique.

« Le Ministère de l’Education Nationale a décidé de rénover les BAC Pro ELEEC (Electrotechnique Energie Equipements Communicants) et SEN (Systèmes Electroniques et Numériques). Dans son projet de rénovation, l’Education Nationale propose la fusion des deux programmes. Ce qu’il ne faudrait surtout pas faire. Mais ce n’est pas le propos. Ces deux BAC pro sont très utiles et quand on analyse leur référentiel ils correspondent à un réel besoin principalement pour les installateurs.

Tromperie sur le contenu pédagogique

« APIE s’est penché sur le contenu du BAC Pro « Systèmes Electroniques et Numériques » dont le titre fait référence aux fondamentaux de notre industrie. (*). Mais APIE considère qu’il y a tromperie sur le contenu pédagogique. Ce BAC Pro devrait s’appeler en fait « Installation et Maintenance des Systèmes Electroniques et Numériques ». Et, comme la thématique de la réparation n’est pas abordée au cours du programme, il va sans dire que les fondamentaux de la conception, de l’industrialisation et de la fabrication de la carte électronique/numérique ne le sont pas non plus ! On peut aussi s’étonner, que s’agissant d’une formation sur l’installation et la maintenance de systèmes électroniques et numériques, de ne trouver aucune référence à la protection ESD.

« APIE a donc recherché, au niveau des diplômes de l’Education Nationale, ceux susceptibles de correspondre à ses métiers et ceux de ses clients (*). Le bilan est catastrophique.

« Plus de CAP ! Plus de BEP ! Le Bac Technologique STI Génie électronique ayant été abrogé en juin 2012, le BAC le plus proche, STI2D (Science et technologies de l’industrie et du développement durable), reste généraliste et ne concerne pas spécifiquement l’électronique.

« On trouve encore quelques références à la fabrication de cartes électroniques dans les projets de BTS Systèmes électroniques. Mais ces références disparaitront avec la mise en œuvre du BTS systèmes numériques. On se demande bien pourquoi : une carte électronique/numérique ne se fabriquerait-elle pas ?

« Restent donc les IUT GE qui conduisent aux Ecoles d’Ingénieurs. En parcourant les programmes de ces Ecoles, nous n’avons pas trouvé trace des thématiques « Production », « Industrialisation » ou « Fabrication », hormis pour les puces.

« Or, à partir d’un moment il faut bien sortir du virtuel et passer à la mise en œuvre et à la réalisation, même si cela doit être fait ailleurs, mais si on ne l’enseigne pas il y a peu de chance pour que cela puisse aussi se faire ici. Si on ne l’enseigne pas cela sera fait ailleurs dans de mauvaises conditions d’efficacité. Et nous ne pourrons même pas profiter des sauts technologiques s’ils se présentent.

 

Les questions qui se posent

« Au-delà de la rénovation de deux bacs utiles à l’installation et la maintenance des produits électroniques et numériques, les vraies questions qui se posent sont :

- Comment des Hauts Fonctionnaires de l’Inspection Générale de l’Education Nationale en poste depuis des années peuvent ils être aveugles, se fourvoyer à ce point, favoriser le fabless et hypothéquer notre industrie ?

« Il y a beaucoup de talents dans le corps professoral encore faudrait il établir des référentiels qui leur permettent de s’exprimer. Ce désengagement de l’enseignement de premiers niveaux (V et IV voire III pour le BTS), c’est du perdant/perdant à moyen terme. Les meilleurs spécialistes de ces questions dans les entreprises seront tous à la retraite d’ici 10 ans.

- Quand le Ministère du Redressement Productif, le Ministère de l’Education Nationale et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche décideront-ils de se parler pour bâtir une stratégie cohérente de chasse en meute en lien avec une vision stratégique de long terme pour le pays ? On ne peut pas prétendre vouloir conserver l’industrie, voire la développer d’un coté et tout faire d’un autre pour qu’il n’y ait plus personne, faute d’avoir susciter les vocations, dans les unités de recherche, d’industrialisation et de production. Ne pas enseigner l’électronique et le numérique et leur fabrication hypothèque notre compétitivité.

« APIE demande qu’une réelle filière pédagogique consacrée à l’électronique et au numérique soit créée en place à partir de la seconde. Cette filière doit intégrer en plus de la conception, les technologies de fabrication avec ou sans travaux pratiques selon les niveaux.

« APIE demande à ce qu’aucun diplôme du secondaire comme du supérieur ne puissent porter les termes électronique et numérique sans enseignement des technologies de fabrication des cartes électroniques/numériques : à minima les fondamentaux et plus si affinité.

Si nous n’avons pas cette clairvoyance ite missa est (**).

(*) Concerne les adhérents d’APIE et leurs clients. Ces clients sont toutes les entreprises qui inventent, utilisent et intègrent des cartes électroniques et numériques. Les secteurs concernés sont : l’Electronique Industrielle, la Robotique et les Automatismes, l’Avionique civile et militaire, l’Environnement, le Spatial civil et militaire, la Défense & Sécurité, la Marine civile et militaire, la Monétique, l’Electrique, les Jeux, les Télécommunications, les Energies, le Médical, La Recherche Scientifique, l’Electroménager, l’Automobile et l’ensemble des véhicules du futur, le Ferroviaire, l’Armement, la Domotique, l’Audio Vidéo, l’Ingénierie, l’Informatique…

 

(**) La messe est dite

 

A PROPOS du SNESE - Le Snese représente les fabricants d'électronique et services associés – Près de 550 entreprises, principalement des PME (80% des entreprises du secteur emploient entre 20 et 99 salariés), qui réalisent un chiffre d’affaires de 4 300 M € avec un effectif de 24 000 personnes. Présentes aujourd'hui sur pratiquement tout le territoire national ainsi qu'à l'étranger (principalement au Maroc, en Tunisie et en Chine) ces entreprises se sont adaptées aux nouvelles exigences des donneurs d'ordre. Garantes d'un savoir-faire industriel de plus en plus complexe (miniaturisation des composants, microélectronique) et indispensable à l'expression de la R&D, elles fournissent des ensembles complexes et interviennent très en amont de la fabrication (conception, co-conception, industrialisation, achats) et en aval vers le produit fini par la maîtrise des tests, l'intégration, le support logistique et la maintenance - réparation. Le SNESE est membre de la FIEEC, du CENAST et de PACTE PME

 

A PROPOS de APIE – Agir Pour l’Industrie Electronique est une Alliance qui regroupe au sein de la FIEEC (Fédération des Industries Electroniques, Electriques et de Communication) les Syndicats représentatifs de la Branche électronique. Sa mission consiste à faire connaitre cette industrie qui représente plus de 700 entreprises et près de 160 000 emplois, réalisant un CA de 15 Mds € dont plus de 50 % à l’export. Elle a l'ambition de représenter l'ensemble de la chaîne de la valeur de l'électronique Française.

Voir aussi sur :

www.snese.com

PROMO_2015 - copie

Retour vers le haut
 

Commentaires non autorisés

Jeudi 24 Aout 2017
Bannière
Identification



Hacking

 

Hacking

Votre publicité sur MPE-Média
contact@mpe-media.com

ou +336 60 58 89 26

Indice Rosamon

Indice Rosamon

Indice de confiance des
investisseurs à 12 mois

Liens commerciaux
Evènements MPE Média
se_module_calendrier_126 - style=default - background=postit
<<   201608<20177 Août 2017 >20179   >>201808
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
126201708
Enquête de satisfaction
Votre avis sur nos contenus
 
La vie du site
Abonnés : 116
Nombre d'articles : 2064
Liens internet : 12
Nombre de clics des articles : 3076986
Visiteurs

Visites aujourd'hui57
Visites hier328
Visites dans le mois7792
Total des visites493149
Qui est en ligne ?
Nous avons 170 invités en ligne