Accueil Actus en Libre accès Colloque/SFEN : Le nucléaire nouveau est arrivé

PARIS (MPE-Média) – Le nucléaire de 4ème génération, consommera moins d’uranium, recyclera à 99,8%, n’accumulera plus de plutonium, parviendra à stabiliser ses inventaires de MOX, valorisera l’uranium 238 (naturel), explique un cadre du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) durant le colloque dédié au nucléaire du futur. Le nucléaire nouveau, sécurisé est arrivé, reste à le faire savoir et accepter.

171201_SFEN_02

Nicolas de Victor (CEA) présentant le démonstrateur français ASTRID (Ph MPE-Média) 

La question du recyclage des matières sortantes des réacteurs à neutron « rapides » de 4ème génération (RNR) est essentielle pour qui veut comprendre l’évolution en cours dans le secteur nucléaire : les combustibles mox usés et stockés à raison d’une centaine de tonnes par an dans le site de la Hague sont stabilisés et recyclés, ainsi que le plutonium sortant, intégralement recyclé dans l’actuelle filière de réacteurs à eau pressurisés (REP) et dans le cycle RNR, poursuit la même source.

La consommation d’uranium naturel déjà en baisse (6500 tonnes/an) devrait tomber à zéro par la suite, ainsi que la production nette de plutonium post utilisation du combustible (7,5 tonnes/an en mono recyclage, zéro tonne par la suite).

Le nucléaire en gestation (REP – RNR) fait déjà chuter le volume des déchets à vitrifier et l’emprise au sol des espaces de stockage gérés par l’ANDRA de 480 m2/TWh à presque zéro en phase « multi recyclage » par des réacteurs à neutrons rapides.

Modèles à neutrons rapides

« Tant qu’on n’a pas un parc majoritairement composé de RNR, il n’est pas possible de recycler l’intégralité des déchets », poursuit ce cadre du CEA, qui présente d’autres scénarios possibles que le renouvellement du parc actuel, y compris celui de son arrêt complet pour lui substituer progressivement des RNR : « les RNR et la fermeture complète du cycle du combustible sont une condition indispensable au développement d’un nucléaire durable », conclut l’intervenant après la présentation des phases de transition possible mixant RNR et REP.

Reste la question des coûts posée par un analyste participant : « il faudrait des heures de séminaire pour l’aborder correctement. Bien sûr les RNR sont un peu plus chers que les REP, bien sûr nous avons aussi une approche économique pour chaque option », répond le cadre du CEA.

Résoudre la question des déchets

« Le problème de l’acceptabilité du nucléaire passe par la résolution de la question des déchets, tous les arguments des anti-nucléaires reposent sur cette question », déclare un participant allemand.

Des projets de RNR ou de « réacteurs refroidis au sodium » sont en cours dans plusieurs grands pays de l’Europe à l’Asie via la Russie, la Chine, le Japon, représentant au moins six concepts distincts de réacteurs, présentés par Joël Guidez (CEA). La Commission européenne soutient un projet de réacteur utilisant du plomb baptisé ALFRED », qui intéresse aussi la Chine.

BANDEAU_PROMO_MPE_2017

171201_SFEN

La Chine, très engagée dans la R&D nucléaire (Ph MPE-Média) 

Réacteurs à sel fondu

Le concept de « réacteur à sel fondu (molten salt reactor)», très innovant mais à la chimie très compliquée selon M. Gauché (CEA), qui précise que de nombreux projets de ce type sont à l’étude dans le monde : surgénérateur du programme « NEEDS » du CNRS en France, projet ITU au thorium en Allemagne, projet modéré au graphie et utilisant aussi le thorium au Canada, projet Flibe Energy aux Etats-Unis, etc.

Des projets à très haute température sont également dans les tuyaux un peu partout dans le monde, Russie, Chine, Japon et Inde ayant is en route 4 réacteurs expérimentaux au sodium, 2 réacteurs de puissance au sodium en Russie, 2 réacteurs expérimentaux à haute température en Chine et au Japon, d’autres en construction en Inde, en Russie, aux Etats-Unis, notamment dans la Silicon Valley. Les projets « ASTRID », un démonstrateur technologique en France présenté ici par Nicolas de Victor (CEA) de RNR au sodium, NuScale en Amérique du nord, le programme de recherche ITER de Cadarache, « l’usine nucléaire du futur » ont aussi été présentés.

La Commission européenne soutient plusieurs types de projets de recherche, sans choisir a priori un modèle ou écarter une solution, dès lors que plusieurs pays membres y participent.

C.J.

LOGO_SFEN

Voir aussi sur :

www.sfen.org

BANNIERE_ENGLISH_2015

BANDEAU_PROMO_MPE_2017

Retour vers le haut

Mis à jour (Lundi, 11 Décembre 2017 17:20)

 

Commentaires non autorisés

Lundi 11 Décembre 2017
Bannière
Identification



Hacking

 

Hacking

Votre publicité sur MPE-Média
contact@mpe-media.com

ou +336 60 58 89 26

Indice Rosamon

Indice Rosamon

Indice de confiance des
investisseurs à 12 mois

Liens commerciaux
Evènements MPE Média
se_module_calendrier_126 - style=default - background=postit
<<   201612<201711 Décembre 2017 >20181   >>201812
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
126201712
Enquête de satisfaction
Votre avis sur nos contenus
 
La vie du site
Abonnés : 139
Nombre d'articles : 2110
Liens internet : 12
Nombre de clics des articles : 3352338
Visiteurs

Visites aujourd'hui361
Visites hier263
Visites dans le mois3694
Total des visites529649
Qui est en ligne ?
Nous avons 246 invités en ligne