Accueil Industrie Fédérations Environnement : Quelle est la raison d’être de la CME

PARIS (MPE-Média) – Respectivement Président et Délégué général de la Confédération des Métiers de l’Environnement (CME) qui a porté la création du Comité stratégique de filière de ces métiers, MM. Dominique Maguin et Roland Marion reviennent pour nous sur les raisons pour lesquelles la CME a été créée en réunissant la FNADE et FEDEREC, à un moment à un moment ou des turbulences apparaissent entre les fédérations.

« Indiscutablement, le fait d’avoir rapproché les fédérations des métiers de l’environnement et des déchets était la bonne nouvelle, la bonne démarche, dans un monde complexifié et qui a pris conscience que les ressources naturelles n’étaient pas inépuisables : Le temps du monde fini commence, écrivait Paul Valéry. Nous avons le sentiment que nous allons nous retrouver, grâce à la filière, à son comité, grâce à la raison sociale de la CME qui a porté sur les fonts baptismaux cette filière, son « comité stratégique » parmi 18 filières en France. Si la CME disparaissait, nous aurions perdu quinze ans a minima dans le développement de ces actions.

Coordonner nos mouvements est crucial dans une période où l’action politique est toujours en avance sur les sujets des acteurs économiques. Les politiques ont décidé voici trente ans, au niveau européen, d’utiliser les moyens du recyclage pour limiter le volume des déchets et trouver une façon intelligente pour faire durer la matière », explique le Président de la CME. « Mais cette intervention s’est inscrite en avance sur le temps économique. Ce qu’on appelle aujourd’hui « la matière première issue du recyclage », terme que j’avais fait certifier, a permis de développer nos métiers en cherchant des solutions auprès d’industriels à qui on pouvait proposer en lieu et place de matières vierges, de première extraction, une matière issue du recyclage susceptible d’être consommée en l’état par une entreprise qui va la transformer en un « demi-produit », une bobine de papier ou d’acier, ou un film plastique, etc. », poursuit Dominique Maguin.

200301_DOM_MAGUIN

Dominique Maguin, Président de la CME (Ph MPE-Média)

 

« Des fluctuations de prix sur les marchés »

« Or il se trouve que depuis trente ans, en Europe mais pas seulement on a utilisé nos moyens du recyclage pour créer des volumes complémentaires de matières qui pouvaient encore être sauvées, mais qui ont provoqué des fluctuations de prix sur les marchés, l’offre pouvant excéder les besoins du marché », poursuivent les deux dirigeants de la CME. « Ces volumes qui ne correspondaient pas à une demande exprimée par l’industrie consommatrice ont rapidement bouleversé ces marchés. Depuis 2017, nous avons de nouveau un problème de placement des matières collectées sur les marchés globaux, depuis que la Chine a décidé de limiter progressivement les volumes qu’elle importait sur son territoire, en disant qu’elle ne voulait plus des déchets de l’Occident (Suite page 44).

« Pendant de nombreuses années, le marché a été tiré par la demande Asiatique, la brutale rupture de la demande provoque une crise majeure. Il est urgent que la qualité de matière première issue du recyclage (MPIR) soit enfin entérinée par les pouvoirs politiques français et européens pour les matières correspondants à des standards de production reconnues ensemble par nos organisations professionnelles et celles de nos clients industriels consommateurs », explique le Président de la CME.

 

200301_CME

Photo ci-dessus : La signature du contrat de filière des déchets le 18 janvier 2019 par les Secrétaires d’État Brune Poirson, Agnès Panier-Runacher, au premier plan de gauche à droite, les représentants de la CME Bernard Harambillet, Vice-Pdt, Jean-Louis Chaussade Président du Comité stratégique de filière valorisation et transformation des déchets et du groupe Suez, le Pdt de FEDEREC, Jean-Philippe Carpentier de gauche à droite au second plan (Ph archives MPE-Média)

 

Trouver des réponses appropriées

« Nous sommes pourtant bel et bien attendus par les politiques, par les acteurs économiques, par la société civile. Les mots de nos métiers sont de plus en plus et au quotidien les mots de l’actualité. Dans leur communication la plupart des marques, aujourd’hui, font référence à la protection de l’environnement, au besoin de recycler, d’économiser les ressources naturelles. Nos entreprises doivent investir massivement pour être capables de collecter, de trier, de composer les matières premières issues du recyclage, en rendant les services environnementaux attendus par les industriels, les particuliers, les pouvoirs publics. Il faut pour cela que l’ensemble de ces services trouvent une juste rémunération. Lorsque les marchés de la consommation de nos matières s’effondrent, il faut trouver des réponses appropriées. C’est justement ce qui augmente la nécessité de travailler ensemble, de travailler dans l’intérêt général. Nous sommes convaincus que la raison peut l’emporter. »

 

Propos recueillis par Christophe JOURNET

Rédacteur en chef de MPE-Média

 

Voir aussi via :

https://www.cme-france.fr

BANNIERE_ENGLISH_2015


Retour vers le haut

Mis à jour (Samedi, 21 Mars 2020 18:09)

 

Commentaires non autorisés

Mardi 29 Septembre 2020
Bannière
Identification



Hacking

 

Hacking

Votre publicité sur MPE-Média
contact@mpe-media.com

ou +336 60 58 89 26

Indice Rosamon

Indice Rosamon

Indice de confiance des
investisseurs à 12 mois

Liens commerciaux
Evènements MPE Média
se_module_calendrier_126 - style=default - background=postit
<<   201909<20208 Septembre 2020 >202010   >>202109
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
126202009
Enquête de satisfaction
Votre avis sur nos contenus
 
La vie du site
Abonnés : 140
Nombre d'articles : 2336
Liens internet : 10
Nombre de clics des articles : 6232758
Visiteurs

Visites aujourd'hui195
Visites hier365
Visites dans le mois11317
Total des visites952197
Qui est en ligne ?
Nous avons 376 invités en ligne