Accueil Industrie Fédérations CME/CNI : La filière déchets expose son potentiel

PARIS (MPE-Média) - Alors que le projet de loi sur l’accélération des énergies renouvelables est en cours d’élaboration, les professionnels de la filière Transformation et Valorisation des Déchets (TVD) rappellent que l’économie circulaire offre un potentiel important pour contribuer à l’autonomie en énergie, matières premières et engrais de la France. Détails.

Les entreprises de la filière déchets, engagées aux côtés des pouvoirs publics à travers le Comité Stratégique de filière TVD, soulignent l'importance des ressources potentielles non exploitées en France à ce jour : « Dans le contexte actuel, il est primordial d’actionner tous les leviers stratégiques et opérationnels pour les produire et ainsi contribuer à la fois à l’autonomie de notre pays et à la transition écologique et énergétique », expliquent les dirigeants du CSF TVD et du Conseil national de l’Industrie.

« La mobilisation de la filière TVD se concrétise par des investissements qui représentent chaque année plus de 1,2 milliards d’euros. Il est cependant indispensable de développer plus encore le potentiel existant au sein des territoires », poursuit la même source, qui ajoute que « la production d’énergie à partir de déchets pourrait remplacer, en 2025, près d’1/3 des énergies produites à partir des importations actuelles de gaz russe. »

ACIER_INDUSTEEL

La production locale d’acier recyclé pourrait couvrir 85% des volumes nécessaires à la fabrication d’acier d'ici 2050 (Ph SD Industeel/archives MPE-Média)

 

Les propositions de la CME

L’énergie issue de la valorisation des déchets est locale, en partie décarbonée et renouvelable. En 2025, ce sont près de 25 TWh d’énergie qui pourront être produits à partir de déchets et 38 TWh à horizon 2030 pour contribuer à l’indépendance énergétique de la France.

Pour cela, l’engagement de l’État est absolument nécessaire :

- Intégrer les énergies de récupération dans le futur projet de loi d’accélération des énergies renouvelables qui doit favoriser l’utilisation de chaleur de récupération locale produite à partir de déchets non recyclables ;

- Élargir les appels à projets pour la filière des combustibles solides de récupération (CSR) - produits à partir de déchets non recyclables - pour la production d’électricité et de chaleur (cogénération) ;

- Donner de la visibilité aux acteurs pour encourager l’investissement dans l’injection de biométhane grâce à un tarif d’achat adapté au marché (biométhane issu des biodéchets collectés sélectivement ou du biogaz des installations de stockage de déchets non dangereux - ISDND).

« La production locale d’acier recyclé pourrait couvrir 85% des volumes nécessaires à la fabrication d’acier d’ici 2050 sous réserve d’investissements et d’adaptation des outils industriels. Les matières issues du recyclage contribuent à l’indépendance industrielle de la France et permettent de lutter contre le dérèglement climatique, en évitant des importations de minerais fossiles et en réduisant l’utilisation de ressources naturelles. L’Union européenne doit se saisir de ces opportunités en introduisant, dans son droit, des obligations de réincorporation de matière recyclée dans les produits (semi-finis ou finis selon les matières) », poursuit la CME.

 

Développer la collecte des déchets organiques

« Les fertilisants produits à partir de déchets organiques participent à la lutte contre le dérèglement climatique, à la résilience des sols aux évènements climatiques et à la souveraineté alimentaire française. Le retour au sol des matières organiques que nous produisons en France est donc stratégique. Il faut, pour cela, lever certains freins comme l’interdiction de l’importation de boues conformes et développer la collecte des déchets organiques en France. Entre 70 000 à 95 000 tonnes d’azote supplémentaires pourraient être produites localement en France par an dès 2022/2023. Environ 5 000 exploitations agricoles, soit 350 000 hectares de sols agricoles français, pourraient bénéficier rapidement de ces amendements dont la valeur agronomique est reconnue. Ces chiffres sont les mêmes pour la production de phosphore », ajoute la CME.

 

LA RÉDACTION

 

À PROPOS DE LA CME - La Confédération des Métiers de l’Environnement rassemble la FNADE, FEDEREC, et le SNEFID avec 112 000 emplois directs, 1 530 entreprises et un chiffre d’affaires de 19,3 milliards d’euros. Porte-voix des entreprises de la collecte, du tri, du recyclage, de la valorisation et du traitement des déchets, elle est un acteur incontournable de l’économie circulaire nécessaire à une transition écologique efficace. La CME pilote les travaux du Comité Stratégique de Filière « Transformation et valorisation des déchets » dont le contrat de filière a été signé en 2019, et renouvelé en juin 2021.

Bannière_PAPREC_MPE_780 x 90

BANNIÈRE_2020

Retour vers le haut
 
Vendredi 21 Juin 2024
Identification



Hacking

 

Hacking

Votre publicité sur MPE-Média
contact@mpe-media.com

ou +336 60 58 89 26

Taux de change
Liens commerciaux
Enquête de satisfaction
Votre avis sur nos contenus
 
La vie du site
Abonnés : 6
Nombre d'articles : 2581
Liens internet : 7
Nombre de clics des articles : 8292077
Visiteurs du site

Visites aujourd'hui118
Visites hier277
Visites dans le mois7016
Visites dans l"année72450
Total des visites1746685
Qui est en ligne ?
Nous avons 100 invités en ligne