Accueil Actus en Libre accès RNC d'EDF à +10% au S1 2012

PARIS (MPE-Média) – Le groupe EDF a déclaré ce mardi un EBITDA de 9,1 milliards d’euros au premier semestre 2012, donnée en hausse organique de +3,3% à périmètre et change constants, un résultat net courant de 2,9 milliards d’euros, en hausse de +10,3% ; un résultat net part du groupe de 2,8 milliards d’euros en hausse de +4,6%. EDF connaît un endettement financier net s’élevant à 39,7 milliards d’euros, dont un déficit cumulé de CSPE de 4,5 milliards d’euros. Le PDG du groupe M. Henri Proglio note que les objectifs 2011-2015 sont confirmés.

EDF_INSTALLATION_CUVE_REACTEUR_TAISHAN

Au coeur de la future centrale nucléaire chinoise de Taishan (ph SD EDF archives MPE-Média)

Le recul de 10,6 TétraWatts/heure de la production nucléaire d'EDF par rapport au premier semestre 2011 a été partiellement compensé par la hausse de 5,9 TWh de la production hydraulique pour un impact net de -116 millions d’euros. La baisse de la production nucléaire est la conséquence d’un programme d’arrêts plus chargé au deuxième trimestre et de prolongations d’arrêts plus importantes, précise le communiqué du groupe.

Sur la base de la production nucléaire à fin juin et des travaux complémentaires qui entraîneront des prolongations d’arrêt au deuxième semestre, le groupe a revu son objectif de production nucléaire pour l’année 2012 à environ 415 TWh.

En parallèle, la hausse de 5,9 TWh de la production hydraulique s’explique par une gestion "efficace" des stocks d’eau et le retour à des conditions hydrologiques favorables au second trimestre. A fin juin 2012, le stock hydraulique a ainsi été reconstitué au niveau des moyennes historiques, ajoute EDF.

 

Au Royaume-Uni, une croissance de 3,1%

Au Royaume-Uni, le chiffre d’affaires d’EDF s’élève à 4,821 milliards d’euros, en croissance organique de 3,1%. L’EBITDA avant impact de la revalorisation à la juste valeur de certains éléments du bilan d’acquisition de sa filiale British Energy s’établit à 1,073 milliards d’euros, en baisse organique de 8,3%. Cette baisse résulte principalement de la diminution de la production nucléaire (-1,2 TWh par rapport au premier semestre 2011) en lien avec un programme d’arrêts sur le premier semestre 2012 plus important qu’au premier semestre 2011, ainsi que d’une activité B2B en recul dans un marché très concurrentiel, précise le communiqué du groupe.

L’EBITDA de la filiale anglaise s’établit à 1,075 milliards d’euros, en recul de 16,1% en organique. L’effet positif de la revalorisation à la juste valeur du bilan d’acquisition de British Energy s’atténue fortement (2 millions d’euros au premier semestre 2012 contre 96 millions d’euros au premier semestre 2011), précise le groupe.

L’objectif de production nucléaire au Royaume-Uni de plus de 55 TWh en 2012 est confirmé et le groupe EDF rappelle l’extension moyenne de 7 ans de la durée d’exploitation des réacteurs AGR annoncée par EDF Energy le 16 février 2012.

 

3,6 milliards d’euros en Italie

En Italie, le chiffre d’affaires réalisé par le groupe s’élève à 3,607 milliards d’euros, en croissance organique de 16,5% du fait de la hausse des prix de marché, note EDF. L’EBITDA du segment Italie est de 211 millions d’euros, en recul de 14,2% en organique. En incluant les effets périmètre et change, le recul de l’EBITDA au premier semestre 2012 est de 3,2% par rapport au premier semestre 2011. « La prise de contrôle d’Edison est une opération stratégique dont l’impact sur le résultat net du groupe sera positif à terme », précise le PDG d’EDF.

L’EBITDA des activités électriques d’Edison est en baisse, en raison de marges toujours en contraction et d’une moindre production hydraulique dans un contexte de diminution de la demande. Dans les activités hydrocarbures d’Edison, l’issue des renégociations et arbitrages sur les contrats d’approvisionnement, en Libye avec comme partenaire ENI et au Qatar avec comme partenaire Rasgas, est attendue sur le second semestre 2012.

Energies Nouvelles, trading

Le chiffre d’affaires du segment « Autres activités » (Energies nouvelles, trading) est de 3,079 milliards d’euros, en hausse de 11,0% en organique.

L’EBITDA s’élève à 1,165 milliards d’euros, en forte hausse de 28,4% en organique. EDF Energies Nouvelles enregistre une croissance organique de 70,5% de son EBITDA, principalement portée par une hausse des productions éoliennes et solaires en Europe et en Amérique du Nord, ainsi que par une activité de Développement Vente d’Actifs Structurés (DVAS) soutenue. Cette activité s’amplifiera au second semestre, précise EDF.

En dépit d’une bonne performance en Europe, les résultats d’EDF Trading sont en baisse (-8,6% en organique), du fait de conditions de marchés difficiles en Amérique du Nord.

La déclaration du PDG

« Ce premier semestre 2012 est marqué par une augmentation significative du résultat net courant de +10%, ce qui traduit de bons résultats opérationnels. La hausse de la production hydraulique et des énergies nouvelles permet de pallier en partie une baisse de la production nucléaire liée aux arrêts programmés et aux prolongations d'arrêts plus importantes ce semestre, en France », a déclaré Henri Proglio, le PDG du groupe EDF.

« Ces bons résultats doivent être attribués à la forte implication et à la mobilisation des équipes partout dans le groupe. Ils sont aussi dus à l'augmentation de 22,5% des investissements opérationnels nets, s'élevant à près de 6 milliards d'euros, les 2/3 étant réalisés en France, avec par exemple l'augmentation de 30% des investissements dans la qualité des réseaux. A travers son modèle unique d'opérateur intégré et grâce à un mix énergétique diversifié, le groupe dispose d’atouts de poids pour participer à la construction de l'avenir énergétique en Europe », a poursuivi le PDG d’EDF.

Segment "Autre international"

Le chiffre d’affaires du segment « Autre international » est de 4,009 milliards d’euros, en hausse de 6,3% en organique. L’EBITDA s’élève à 552 millions d’euros, en recul de 17,2% en organique.

En Belgique, l’EBITDA est en léger recul du fait d’une évolution défavorable de la régulation, dont les effets seront accrus au second semestre.

En Europe centrale et orientale, l’EBITDA est en baisse de 75 millions d’euros (en recul de 22,8% en organique). « Cette baisse résulte pour la Hongrie de la suppression du support à la cogénération depuis juillet 2011, pour la Slovaquie de la baisse des marges sur les activités de distribution et pour la Pologne des hausses de prix du charbon et du combustible biomasse », précise le groupe.

Dans les autres pays (Etats-Unis, Brésil, etc.), l’EBITDA est en recul de 8 millions d’euros. « Ceci résulte de conditions de marché dégradées et d’une production nucléaire affectée par des arrêts fortuits et des prolongations d’arrêt aux Etats-Unis, ainsi que d’une baisse de production au Brésil principalement liée à l’arrêt de maintenance de deux turbines à gaz », explique le groupe.

Faits marquants récents

La récente hausse de 2% de l’ensemble des tarifs règlementés de vente hors taxe de l’électricité en France ouvre la liste des « faits marquants postérieurs au 10 mai 2012 » aux yeux des dirigeants d’EDF. Le groupe cite à ce titre l’offre publique obligatoire de sa filiale italienne EDF Transalpina di Energia Srl sur Edison Spa le 27 juin dernier dont on connaîtra le résultat le 3 août sauf prolongation.


EDF cite également au même titre l’accord signé en juin avec Gazprom pour la production d’électricité à partir de gaz en Europe, qui prévoit la possibilité de co-construction de centrales thermiques au gaz et d’acquisition de centrales à gaz existantes, sur la base d’une prise de participation identique des deux groupes. L’accord précise également que Gazprom sera le fournisseur exclusif pour l‘approvisionnement en gaz des centrales détenues conjointement par les deux groupes.

EDF rappelle par ailleurs que Le 5 juin 2012, la construction du réacteur EPR de Taishan en Chine, coordonnée par les équipes d’EDF, de CGNPC et d’AREVA, a franchi une étape clé de son développement avec l’introduction de la cuve dans le bâtiment réacteur de l’unité 1, suivie de son installation à son emplacement définitif dans le puits de cuve.

C.J.

NDLR - EDF est une SA au capital de 924.433.331 euros enregistrée sous le n° 552 081 317 au R.C.S. de Paris.

Voir aussi sur :

www.edf.com

BANDEAU_MPE_MED_VE

Retour vers le haut

Mis à jour (Mercredi, 26 Octobre 2016 13:11)

 

Commentaires non autorisés

Vendredi 23 Juin 2017
Bannière
Identification



Hacking

 

Hacking

Votre publicité sur MPE-Média
contact@mpe-media.com

ou +336 60 58 89 26

Indice Rosamon

Indice Rosamon

Indice de confiance des
investisseurs à 12 mois

Liens commerciaux
Evènements MPE Média
se_module_calendrier_126 - style=default - background=postit
<<   201606<20175 Juin 2017 >20177   >>201806
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
126201706
Enquête de satisfaction
Votre avis sur nos contenus
 
La vie du site
Abonnés : 116
Nombre d'articles : 2053
Liens internet : 12
Nombre de clics des articles : 2934869
Visiteurs

Visites aujourd'hui251
Visites hier408
Visites dans le mois9224
Total des visites472290
Qui est en ligne ?
Nous avons 201 invités en ligne